Parcours artistique

Neufs artistes ont fait des bancs une oeuvre

La Manufacture d'armes a 200 ans ! Ce lieu industriel à la mémoire ouvrière très présente est passé,

Des bancs publics pas comme les autres

Neufs artistes ont fait des bancs une oeuvre

La Manufacture d'armes a 200 ans ! Ce lieu industriel à la mémoire ouvrière très présente est passé,

Arnaud COHEN - N°1

Né en 1968, c'est un artiste de la contestation et du souvenir, contemporain, sculpteur et plasticien.

Pour le skatepark du site la Manu il propose une fiction sur l'art du skate, plaçant ce sport au centre des grandes idées de l'humanité. Plusieurs scientifiques, politiciens, designers et artiste applaudissent la venue de cette planche à roulette au centre des enjeux culturels. Des histoires parallèles et actuelles pour un sport, un moyen de transport qui réinvente le corps et l'espace.

Peter STAMPFLI - N°2

Né en 1937, il réalise de nombreuses peintures avec les détails d'objets et de gestes du quotidien puis commence à peindre des détails automobiles en 1966 puis imagine ses premières structures monumentales en 1985.

Quelle évidence cette rencontre entre le musée de l'auto et cet artiste international à Châtellerault, c'est une création qui s'ajoute à la vélocité.

Hervé SORNIQUE - N°3

Né en 1949 à Châtellerault, ce professeur à l’École des Beaux-Arts de Poitiers pratique la sculpture, la peinture et la gravure. Il jette un œil critique et amusé sur ses contemporains et le contexte ambiant, les personnages qu'il anime le lui permettent bien.

Pour la patinoire de Châtellerault "tout glisse" ! Le fil conducteur ? La glace et les figures de style accompagnés par l'humour et la dérision.  

Hervé DI ROSA - N°4

Né en 1959 à Sète, cet artiste contemporain est le principal artisan du mouvement de la figuration libre dans les années 80, une peinture empruntant à la bande-dessinée, au rock, au graffiti.

Ce qui l'intéresse "c'est la pratique et la technique de l'autre", il veut que son travail "soit métissé, mélangé". L'école de Cirque de Châtellerault est une nouvelle piste graphique pour lui. Tout doit tenir en équilibre, l'artiste maîtrise le trait ici comme un enfant de la balle.

Joël DUCORROY - N°5

Né en 1955 à Montreuil, c'est un artiste plaquetitien (comme il se définit). Sa palette est la plaque d'immatriculation et son propos l'utilisation du langage concis et précis avec une pointe d'humour. C'est un collectionneur de mots qui joue avec l'art. Artiste conceptuel, il se risque à la définition du quotidien. Sa poésie l'engage dans différents univers, d'un plan de ville à la définition d'une peinture.

A Châtellerault, pour le centre de formation il reprécise l'enseignement, la passion de l'automobile et les options futures.

Antonio SEGUI - N°6

Né à Cordoba en 1943, il représente l'Argentine en 1963 à la biennale de Paris. Souvent rattaché au mouvement de la Figuration Narrative, il se décrit comme un artiste indépendant. Il fut pendant 10 ans l'ambassadeur musical de son pays en ouvrant un lieu parisien : les Trottoirs de Buenos-Aires.

Pour le conservatoire Clément Janequin, le tango, le bandonéon rejoignent toutes les cultures enseignées, toutes les histoires de musique, de danse, de théâtre.

Erick SAMAKH - N°7

Né en 1959 à Saint-Georges de Didonne, cet artiste contemporain et enseignant de l'école supérieure d'Art depuis 2013 est un sculpteur engagé. C'est l'un des premiers à utiliser les nouvelles technologies pour ces installations : sculptures sonores, visuelles et nocturnes. Il créé un dialogue constant entre l'homme et la nature où l'espace, jusqu'alors dévolu au pouvoir des images, devient un lieu d'écoute.

Ici, à Châtellerault, le banc face au barrage du site EDF sera le seul visible la nuit. Il développe et enregistre sa propre énergie, nous offre sa lumière poétique, métaphore des recherches et techniques de ce service de l'énergie. 

Jean CHAINTRIER - N°8

Né en 1933 à Paris, sa famille est d'origine poitevine et charentaise. Ce n'est pas par hasard que ce parisien revient vivre à Châtellerault 70 ans après qu'il eut passé ses premières vacances dans sa famille maternelle à La Roche-Posay.

Pour le jardin du Directeur, espace reclus et protégé du site de La Manu, c'est une impression des saisons qui est déclinée dans un continuum coloré. Ce jardin, espace édénique qui accueille le banc est un "hortus", une serre où sont répertoriées plusieurs essences d'arbre. Catalogue nuancé de formes et d'odeurs, un lieu de recueil dont les limites sont dessinées par la rivière.

Jacques VILLEGLE - N°9

Né en 1926 à Quimper, il participe en 1960 à la fondation d'un groupe des Nouveaux réalistes. Il se définit comme un affichiste et déclare la guerre des signes. Il se veut comme un colleur de fragment d'affiche qu'il choisit et signe.

A Châtellerault, l'histoire de La Manu a rendez-vous avec l'alphabet de Villeglé, les grands moments qui ont construit ce site de l'ouverture à la fermeture.